Valenciennes : ils pensent que ses chiens sont maltraités, ils les lui retirent, sans autorisation… ???

Valenciennes : ils pensent que ses chiens sont maltraités, ils les lui retirent, sans autorisation… ???
Share Button

C’est vrai, Marie avait beaucoup de chiens. Plus d’une vingtaine pour être précis. Est-ce que cela signifie forcément qu’ils étaient malheureux ou maltraités? Des militants lui en ont retiré une grande partie. Sans l’aval des autorités…

 

« Je n’en dors plus la nuit, confie Marie.Le médecin m’a mise sous antidépresseur depuis cette affaire. » Le 13 août dernier, cette Bruaysienne de 49 ans était en plein travaux. « On était en train d’installer la cuisine aménagée, poursuit la mère de famille qui souffre d’un handicap aux jambes. Les chiens étaient donc dans un enclos de fortune, juste le temps des travaux, avec un accès à la remise s’il pleuvait. » Quatre à cinq personnes se présentent alors à son domicile : le président, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre l’an passé (lire ci-dessous), de l’association Cause animal du Nord, Anthony Blanchard, ainsi que des militants de l’association Silence animal Belgique.

« Ils m’ont rabaissée plus bas que terre »

« Ils ont demandé à voir mes animaux, en m’expliquant qu’ils avaient reçu une lettre de dénonciation. J’étais tellement perdue que je n’ai pas su réagir. » Marie les laisse donc franchir le portail. « Puis ils se sont permis d’entrer dans la maison sans que je le leur permette. Ils sont même montés à l’étage. Ils m’ont rabaissée plus bas que terre, ils disaient que c’est intolérable d’avoir une maison infestée de puces comme ça. Que mes animaux étaient maltraités, dans un état déplorable. J’en ai même fait un malaise. Mais ils n’ont pas voulu que mon beau-fils appelle les pompiers… »

« Une fourmilière de familles d’accueil »

Puis tout est allé très vite. « Ils ont passé des coups de fils devant moi. Puis une fourmilière de familles d’accueil est arrivée. Cinq minutes plus tard, c’était fini. Ils avaient embarqué mes chiens. Et même mes propres caisses de transport ! »

Marie le reconnaît elle-même. Elle avait plus de chiens que ce qu’autorise la législation puisqu’elle en possédait 21. Et au-delà de neuf, il faut une autorisation de la direction départementale de la protection des populations (DDPP). De même, les chiens n’étaient pas tous identifiés ou vaccinés. « La plupart des chiens, je les ai trouvés en train d’errer sur la route. Quand c’est comme ça, je les prends, je les lave et je m’occupe d’eux jusqu’à ce qu’ils soient retapés. Puis j’essaie de les donner autour de moi. C’est ma passion. Et même avec 800 €, j’arrive à nourrir tout le monde. Mes enfants et mes animaux ! »

 

Bruay-sur-l’Escaut.1

 

Rappelez vous leurs actions !!!

 

 




Share Button
26 août 2016 / 2 Commentaires / pour / dans

Laisser un commentaire