Promener son chien dans son quartier permet de se sentir en sécurité

Promener son chien dans son quartier permet de se sentir en sécurité
Share Button

Notamment chez les femmes. 60% des personnes interrogées identifient un effet de surveillance supérieur.

 

Promener son chien apporte aux personnes un sentiment de sécurité dans leur quartier. C’est le résultat d’une étude internationale publiée fin septembre dans la revue scientifique BMC Public Health.

L’étude a examiné les relations entre les promenades des chiens et la perception des possesseurs de chien sur leur niveau de sécurité dans leur voisinage. Plus de 1000 propriétaires de chien habitant Perth en Australie et trois villes américaines (San Diego, Nashville et Portland) ont été interrogés dans le cadre de l’étude Pet Connections. Celle-ci a été menée par le docteur Hayley Christian de l’université d’Australie en collaboration avec le Centre de recherche WALTHAM sur la nutrition des animaux de compagnie.

Un effet de surveillance

Près de 60% des personnes interrogées qui promènent leur chien en Australie et aux États-Unis ont fait savoir qu’elles se sentent plus en sécurité lorsqu’elles sortent avec leur chien et cette tendance est plus marquée chez les femmes que chez les hommes.

« En particulier pour les villes qui ont fait l’objet de l’étude aux États-Unis, les personnes qui promènent leur chien ont un plus grand sentiment de sécurité et identifient un effet de surveillance supérieur du fait de leur ballade avec leurs chiens dans leur quartier. Pour les personnes habitant Perth en Australie, cette sensation est moindre », a déclaré le docteur Hayley Christian. « Cela est peut-être dû aux différences sociales et culturelles relatives à la possession de chien et aux pratiques d’exercice physique entre les deux pays. »

Bon pour la santé

Moins surprenant, l’enquête a également montré que les personnes qui promenaient leur chien faisaient au moins 30 minutes d’exercice physique quotidien et ce, plus souvent que les personnes ne possédant pas de chien, ce qui les aide à respecter les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) d’au moins 150 minutes d’activité physique par semaine. Une activité qui pourrait être intégrée aux programmes de santé et de remise en forme.

 

Partagez !

 

 

 

bandeau_pub_tr

Share Button
15 octobre 2016 / pour / dans

Laisser un commentaire