Polémique : Oloron (64), une association stérilise les chats errants sans l’aide de la mairie ?

Polémique : Oloron (64), une association stérilise les chats errants sans l’aide de la mairie ?
Share Button

Révoltant non ?

 

Une association de protection des félins regrette de ne pas recevoir d’aide de la Ville dans sa campagne de stérilisation des chats errants. Sa présidente en appelle à la responsabilité du maire.

Attraper un félin sauvage demande une certaine persévérance. Au milieu de la place Pierre Mendès-France, Marion Blachon attend patiemment que les chats errants vivant dans les environs tombent dans ses pièges. La présidente de l’association Félin désirable a disposé deux appétissantes assiettes de thon au fond de cages trappes, afin d’attirer les femelles du quartier.

asso

« Elles ne tombent pas facilement dans le panneau : souvent, les chattes tournent longuement autour de la cage avant de risquer d’y mettre les pattes, explique Marion Blachon. Il m’est déjà arrivé de patienter plus de 10 heures pour attraper certains félins ».

Les femelles opérées et relâchées le lendemain

Ce jour-là, c’est une bonne pêche qui attend les membres de Félin désirable en fin d’après-midi. « On a réussi à attraper deux chattes sur trois. Nous allons les emmener chez le vétérinaire, puis nous les relâcherons dès le lendemain ».

L’association a commencé dès 2015 sa campagne de stérilisation des chats errants, à la demande de riverains du quartier de la gare. De nombreux habitants de la rue Alfred de Vigny se plaignaient de la surpopulation des félins sauvages, qui occupaient une grange désaffectée. « Nous avons passé de longs mois à attraper les chattes afin de les stériliser pour stopper la prolifération. Si rien n’avait été fait, les félins se seraient multipliés encore et encore, et la situation serait devenue ingérable ! ». Une fois opérées, les chattes sont relâchées au même endroit. « Elles empêchent ainsi d’autres chats de s’implanter sur leur territoire ».

Satisfaits de leur travail dans la rue Alfred de Vigny (toutes les chattes occupant les lieux ont pu être attrapées et envoyées chez le vétérinaire), les membres de Félin désirable s’attaquent désormais à d’autres endroits de la ville, tels que la place Pierre Mendès-France, mais aussi la rue Barthou.

Marion Blachon regrette de ne pas recevoir le soutien financier de la Ville pour ces opérations : « Stopper la prolifération des chats est pourtant d’intérêt public ! ». Les frais de stérilisation, qui s’élèvent à un peu plus de 100 € par animal, sont entièrement pris en charge par l’association.

« Une campagne de stérilisation coûte cher »

Contactés à ce sujet, les services de la Ville rétorquent d’abord qu’une telle gestion est de la responsabilité de la communauté de communes, ce que conteste Marion Blachon : « Les textes de lois stipulent que c’est bien la mairie qui doit gérer la population des chats errants ».

Rétropédalage en règle de la Ville : « Nous avons alloué une subvention de 2 000 euros à l’association des 4 Pattes du Piémont pour l’année 2016. C’est avec cet argent que doivent se faire les stérilisations ». Ce que réfute Hélène Casabonne, secrétaire de ladite association : « Cette subvention nous sert à régler nos frais de fonctionnement courants. Une campagne de stérilisation des chats errants coûte très cher. Il nous faudrait des fonds spécifiques pour mener à bien cette opération de manière efficace ».

En attente d’une convention avec la Ville

En juin 2015, une réunion sur la problématique de la prolifération des chats errants avait eu lieu entre la mairie et les deux associations oloronaises de protection des félins, mais aucune décision n’avait émergé au terme des discussions.

Les 4 Pattes du Piémont et Félin désirable avaient ensuite fait la demande d’une convention avec la mairie, qui permettrait le financement de la campagne de stérilisation quartier par quartier. « Nous sommes toujours en train d’y réfléchir » répondent les services de la Ville. « Voilà plusieurs mois que nous sommes sans nouvelles de cette convention » regrette Marion Blachon. « Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre, ou la situation deviendra impossible à gérer dans certains quartiers « .

Depuis 2015, une trentaine de stérilisations de chats errants ont été effectuées par Félin désirable, grâce aux soutiens de particuliers et l’association 30 millions d’amis.

Source : La République

 

Aidez les en partageant cet article !

 

[themoneytizer id= »6753-1″]

 

 

Share Button
3 mai 2016 / pour / dans ,

Laisser un commentaire