Normandie : la ville de Valognes s’engage pour la stérilisation des chats errants

Normandie : la ville de Valognes s’engage pour la stérilisation des chats errants
Share Button

Des habitants de certains quartiers se plaignent de la présence de chats errants, la municipalité a décidé de stériliser ces chats, parfois indésirables par le nombre.

 

L’initiative

L’association 40 en chat, avec sa présidente Rachel Moriceau, a signé une convention avec la Ville afin de lui apporter son savoir-faire pour cette campagne.

« La stérilisation est un confort pour tous, en évitant une reproduction incontrôlée,explique Rachel Moriceau, des risques sanitaires et surtout une protection animale en évitant l’euthanasie systématique pour enrayer la prolifération des chats. »

Les quartiers ont été déterminés. Maëva Ferron, jeune bénévole, pratiquera le trappage des chats dans la cité d’Alleaume, des Oiseaux, dans l’enceinte de l’hôpital, rue des Religieuses, de l’église Saint-Didace et également aux alentours de la gare.

Le trappage est une méthode qui s’appuie sur les nourrisseurs : « Les chats errants sont parfois nourris par des particuliers qui ont pitié de ces animaux faméliques, blessés ou malades. Ces nourrisseurs ne sont pas les coupables à qui on reproche d’attirer les chats. Pour cette démarche de stérilisation, nous avons besoin de ces personnes qui connaissent bien l’environnement et les effectifs. Leur coopération sera importante dans le succès de l’opération. »

En partenariat avec les vétérinaires, le chat sera stérilisé, tatoué : « À partir de cet instant, il appartiendra aux signataires, il sera remis dans le lieu où il aura été trappé, il deviendra chat libre. Nous aménageons des abris surévelés en béton pour assurer un minimum de confort à ces chats, souvent abandonnés par leur maître. Il est aussi possible d’accueillir ces chats dans des familles dans l’attente d’une adoption. »

Disparitions inquiétantes

Lors du recensement des chats errants, l’association est retournée rue de l’Église, et la désertification des lieux par les chats inquiète la présidente : « On voyait dans la rue une quinzaine de chats, de tous âges. Il est peu probable que cette disparition importante et soudaine de chats sur ce site soit due à une quelconque maladie, je pense plus à un acte de malveillance de la part d’un habitant du quartier. » S’il est constaté des actes de malveillance et de cruauté, la Ville et l’association porteraient plainte.

Partagez l’article !

 

[themoneytizer id= »6753-1″]

 

Share Button
29 mai 2016 / pour / dans

Laisser un commentaire