Montbéliard : des chat empoisonnés et le poison de la suspicion

Montbéliard : des chat empoisonnés et le poison de la suspicion
Share Button

Des chats empoisonnés, une plainte pour « sévices graves ou acte de cruauté ». L’inquiétude gagne la rue du Mont-Bart et les environs en émoi.

 

Les faits remontent à la mi-avril. Propriétaire de plusieurs chats tatoués et stérilisés, Christine B. découvre de jour Hanoé, l’une de ses protégées, agonisant sur la voie publique.

« Une heure auparavant, elle était chez moi et se portait très bien ». Mal en point, le félin se réfugie dans le jardin où il a l’habitude de baguenauder. En proie à des vomissements, le chat décède lors de son transport à la clinique vétérinaire « dans d’atroces souffrances ».

Le vétérinaire, qui examine la bête, fait part de ses observations. « Au vu de la dégradation très rapide de l’état de santé du chat, de l’absence de traumatisme (accident de la voie publique) et la présence d’une salivation excessive ainsi que d’une cyanose des muqueuses à l’examen post-mortem, nous suspectons une intoxication ».

Le poison ingéré par la chatte serait un paralysant musculaire aux effets foudroyants. L’épandage de produits désherbants ou anti-limaces, réputés pour leur toxicité, n’est pas exclu dans un secteur où il y a de nombreux jardins. Autre hypothèse évoquée, liée à des précédents dans la région, celle d’un produit utilisé pour l’automobile, lequel, mélangé à du lait, provoque les réactions constatées.

La mort de cette chatte aurait sans doute pu passer pour un regrettable accident. S’il n’y avait eu des précédents alarmants.

« Le vétérinaire pense qu’il s’agit d’intoxications volontaires. Il faut mettre un terme à cette série noire »

Début avril en effet, Zoom, un autre chat de Christine B, qui a eu en 2014 les honneurs de la presse (il avait été embarqué par erreur, puis ramené à bon port par des touristes belges), tombe malade. Les symptômes sont ceux d’un empoisonnement. Le célèbre matou à la robe rousse, qui ne manque pas de ressources, s’en remet. Une dizaine de jours plus tard, Mimi, une autre chatte de la même personne, est prise de vomissements. L’animal est transporté dans une clinique vétérinaire. Il ne survivra pas. Les conclusions laissent entendre que Mimi a été empoisonnée.

Choquée, Christine B. fait le lien avec le décès, en début d’année, du chat d’un riverain, rue du Mont-Bart, qui a aussi été empoisonné. Point commun entre ces animaux : se balader dans l’environnement immédiat de leurs propriétaires.

Il y a, certes, aux abords des jardins familiaux en cours de réhabilitation par la ville de Montbéliard, dans le prolongement de l’Ile-en-mouvement, des chats errants. Mais il s’agit d’animaux qui sont suivis par la SPA du Pays de Montbéliard, laquelle dispose d’un petit chalet tenant lieu de refuge pour ces animaux.

Ils sont nourris et suivis par l’association Nos amis, les chats. Elle n’a pas, récemment, été confrontée à des problèmes particuliers. Mais elle semble prendre les faits signalés et répétés très au sérieux. « Il y a déjà eu des précédents dans le Pays de Montbéliard ».

Du côté de la clinique vétérinaire, il est précisé que « ce type de problèmes à répétition est rarissime, mais il existe à notre connaissance au moins un précédent dans le Pays de Montbéliard ».

La SPA déclare n’avoir pas été alertée. Christine B. a cependant décidé de porter plainte immédiatement au commissariat de Montbéliard. « Le vétérinaire pense qu’il s’agit d’intoxications volontaires. Il faut mettre un terme à cette série noire ».

Source :Est Républicain

 

Faites tourner ? Partager l’article !

 

[themoneytizer id= »6753-1″]

 

Share Button
2 mai 2016 / pour / dans ,

Laisser un commentaire