Métropole lilloise : criblée de dettes, l’école du chat lance un SOS

Métropole lilloise : criblée de dettes, l’école du chat lance un SOS
Share Button

L’école du chat de Roubaix, qui est en fait métropolitaine, est dans un sacré pétrin. Avec la hausse du nombre de ses interventions pour sauver des chats errants, elle n’arrive plus à suivre financièrement. Elle doit 18 400 euros à trois cabinets vétérinaires et vient de lancer une cagnotte sur Internet.

 

 

Financièrement parlant, l’école du chat de Roubaix est loin de ronronner. On peut même dire que l’association, qui sauve des chats errants pour les soigner, les stériliser et les marquer, avant de tenter de les faire adopter, est aux abois. Depuis quelques jours, elle a même lancé une cagnotte sur le web pour essayer de recueillir des dons.

Objectif : trouver 10 000 euros pour se sortir de ce mauvais pas. Le montant des factures impayées dépasse en effet 18 400 euros. « On ne peut plus continuer comme ça, les comptes ne suivent plus », explique Cindy Loucheur, qui fait partie des bénévoles les plus engagés. Pourtant, l’association a des accords avec des cabinets vétérinaires, qui lui proposent des tarifs préférentiels. Et elle traîne ses difficultés financières depuis des années. Mais cette fois-ci, la survie de l’association semble en jeu.

« On n’ose pas dire non »

« Il y a une hausse assez marquée du nombre de chats errants qu’on nous signale, essentiellement dans le secteur de Roubaix-Tourcoing, et c’est vrai qu’on n’ose pas dire non», poursuit la jeune femme, qui réside à Lomme. À chaque fois que l’association est sollicitée, des bénévoles se déplacent pour tenter d’attraper les chats qui vagabondent. Ensuite il faut les stériliser, les marquer, leur trouver une famille d’accueil puis une famille adoptive. « La stérilisation, ça nous coûte à chaque fois 65 €, et puis il y a les soins, l’identification… ça monte vite », détaille la Lommoise.

Le problème vient du manque de ressources de l’association : peu de donneurs, subventions publiques faibles (1 500 euros), manque de familles d’accueil et donc d’adoptants. L’adoption n’est en effet pas gratuite, puisqu’il faut débourser 70 € pour un chat adulte et 80 € pour un chaton. Actuellement, 180 chats se trouvent en attente d’adoption, et les frais vétérinaires sont à la charge de l’association jusqu’à ce qu’une adoption soit conclue. Pour éviter de creuser encore davantage le déficit, l’école du chat a donc cessé ses activités pour éviter de faire grossir le nombre de félins à sa charge. Elle espère redémarrer dès qu’elle aura réussi à récolter 10 000 €n en insistant sur la possibilité de déduire les dons de sa déclaration de revenus. On en est loin : la cagnotte affichait hier 320 € de dons récoltés.

L’association proposera douze chats à l’adoption le samedi 4 juin à la jardinerie La Mangeoire à Cysoing.

 

Aidons l’école du chat et partagez l’article !

 

 




Share Button
1 juin 2016 / pour / dans

Laisser un commentaire