Matt ce chat torturé a été sauvé grâce aux nombreux dons

Matt ce chat torturé a été sauvé grâce aux nombreux dons
Share Button

C’est une triste histoire sur le point de finir en « happy end » : le félin retrouvé en piteux état, a pu être soigné après une fructueuse collecte.

Ne reste plus qu’à lui trouver une famille.

 

« Merci !  » C’est le cri du coeur de Sylvie Brimont, présidente de l’association les Buddy chats qui avait fait appel à la générosité des lecteurs de L’union, fin mars, dans l’espoir de financer l’opération de Matt, un chat âgé de trois ans, qui avait été torturé.

En quelques jours seulement, l’association a récolté un total de 3 800 €, permettant largement de financer la délicate opération de la hanche du félin, luxée. En effet : deux solutions s’offraient au vétérinaire, soit « tailler » dans l’os, une solution « peu onéreuse » (800 € tout de même) qui avait l’inconvénient de faire courir à Matt un important risque de calcification et d’arthrose au niveau de l’articulation. La deuxième solution (celle qui a été préférée), consistait à installer une prothèse. Une opération pour laquelle la clinique vétérinaire de la région parisienne qui a opéré le chat demandait originellement 3 650 €. Un prix finalement revu à la baisse (2 300 €).

Matt est désormais « adoptable »

L’engouement ne s’est pas arrêté au coup de pouce financier (une dame a même donné 200 €) : la pension féline de l’Épine dans laquelle Matt est gracieusement hébergé (Le nid douillet) a reçu une dizaine de visites. «  Les gens voulaient voir où allait leur argent, et c’est légitime  », concède Sylvie. Quant à la somme qui n’a pas été utilisée pour l’opération, elle n’est pas perdue : «  le reliquat va servir à la stérilisation des chats accueillis par l’association  ». Outre la soixantaine d’euros nécessaire, au minimum pour stériliser un mâle (environ une centaine pour une femelle), il faut aussi leur faire un « check-up » de santé complet et les identifier. Au total, un chat recueilli par les Buddy chats coûte environ 270 € à l’association.

Pour rappel, Matt avait été retrouvé en début d’année, agonisant dans les rues. Sa queue était gangrenée après que des automobilistes lui ont volontairement roulé dessus à plusieurs reprises : elle avait dû être amputée, «  sinon il mourrait  ».

Ce chat un peu atypique traîne encore un peu la patte et ne saute pas très haut, mais tout devrait rapidement rentrer dans l’ordre. L’association lui cherche désormais une famille pour mener une vie paisible, idéalement dans une maison avec un petit jardin clôturé. Et pas d’inquiétude, au sujet du comportement de Matt : «  C’est une crème !  », promet Sylvie Brimont, qui aimerait pouvoir lui trouver un foyer avant les vacances : il ne s’agirait pas que l’affaire traîne jusqu’à la mi-août…

 

Partagez l’article !

 




Share Button
15 juin 2016 / pour / dans

Laisser un commentaire