Mais qui tue les chats à Loudéac (Bretagne)

Mais qui tue les chats à Loudéac (Bretagne)
Share Button

Pire: certains conducteurs feraient même tout pour les écraser…

Si l’on en croit les réseaux sociaux confirmés par les propos de certains Loudéaciens, un ou des automobilistes indélicats ne feraient rien pour éviter les animaux traversant la chaussée.

C’est une internaute qui, sur la page Facebook « Loudéac City », a donné l’alarme. Sous le nom d’emprunt de « Lindsay Marquer », elle remarque que «beaucoup de chats sont perdus en ce moment » et appelle les propriétaires à être plus vigilants : « j’adore les animaux, mais c’est trop dangereux. Quand il y a trop de voitures, il vaut mieux les promener ailleurs ou les laisser dans l’appartement, même si c’est très dur ».

En postant ce message, l’internaute a ouvert d’une part une véritable boîte de pandore. Ce qu’il faut retenir, c’est que plusieurs internautes ont confirmé les faits. Et puis « Cayole Farfeluche », s’est élevée contre « des gars qui aiment bien faire des « strikes » sur des chats, rien que pour le plaisir ». Et c’est là que la polémique s’est développée, avec beaucoup de mauvaise foi chez certains internautes. Grosso-modo, d’un côté, il y a les automobilistes qui estiment qu’il vaut mieux écraser un animal que de risquer un accident en voulant l’éviter, et de l’autre les défenseurs des animaux qui estiment (comme d’ailleurs le code de la route le prévoit) qu’un automobiliste doit en toutes circonstances rester maître de son véhicule et pouvoir s’arrêter à temps, au cas ou un animal et a fortiori un enfant traverserait la chaussée…

“Le même réflexe que pour éviter une personne”

« C’est sûr que dans l’idéal, on ne va pas aller se tuer pour un chat, mais me concernant, j’ai toujours réussi à les éviter, chats, chiens, lapins, renard ou même biche, que ce soit à 30, 50 ou 90 km/h, sans me mettre en danger. Eviter les animaux, c’est le même réflexe que d’éviter une personne… » estime Cayolle Farfeluche.

Des « cartons »
sur les chats

En tout cas le sujet a le mérite de soulever deux problèmes. Le premier a trait aux animaux errants. Il suffit de se promener en voiture le soir dans les rues de Loudéac pour constater qu’effectivement, il y a beaucoup d’animaux errants, et plus particulièrement des chats. Ces derniers sont les premières victimes des automobilistes. « Mais un chat est un animal indépendant, impossible à dresser et difficile à cloîtrer » estime un propriétaire. Au demeurant, les chats ne sont pas les seules victimes : « mon chien a été tué juste devant chez moi. D’habitude, il ne sort pas de notre terrain, mais là, un de nos enfants avait laissé ouvert le portillon et « Sultan » s’est échappé… » nous a ainsi expliqué naguère un habitant de la rue Joliot-Curie.

“Ils le font exprès”

L’ennui c’est que beaucoup estiment que certains automobilistes sont pour le moins indélicats, voire ont un comportement pour le moins tendancieux. Et c’est sans doute là le problème le plus grave :

« Albus était un jeune chat noir et blanc, très affectueux, un joueur. Il a été tué juste devant chez nous. Et l’automobiliste n’a pas même pris le temps de venir nous prévenir » explique un habitant de la rue des Ajoncs d’Or. « De quoi avait-il peur ? On ne lui aurait pas fait de procès. C’est la fatalité. Mais en tout cas, c’est pour le moins une drôle d’incorrection. Quelques mois plus tard, dans les mêmes conditions, le chat d’un voisin a été tué au même endroit et à peu près à la même heure. Il n’y a pas des masses de véhicules à passer dans cette rue. Je pense que l’automobiliste, qui a eu le même comportement, à savoir ne s’est pas arrêté, était le même ». Et personne ne sait combien, à moins d’avoir soi-même possédé un animal, la peine que peut éprouver leurs propriétaires, surtout quand il y a des enfants, en pareil cas…

Au fil de nos entretiens, un autre Loudéacien habitant un pavillon près de St Bugan, a été plus catégorique : « j’ai vu l’an passé, rue Henri Le Vezouet, un automobiliste qui conduisait une golf noire, accélérer et donner un coup de volant volontairement pour écraser un chat qui traversait la rue. Mais je n’ai pas eu le temps de relever le numéro d’immatriculation ». Ce qui accrédite l’affirmation de certains internautes. Un vétérinaire bien implanté à Loudéac nous a lui aussi confirmé le nombre étonnamment élevé de chats victimes de voitures dans la région loudéacienne.

Passible de poursuites

Si tout le monde sait que le risque zéro de collision avec un animal n’existe pas, en revanche, en rajouter peut être considéré comme un délit passible de poursuites et d’interventions de la SPA. Un comportement comme celui du conducteur de la fameuse golf noire (des faits identiques nous ont été signalés à Cadélac), est à la fois dangereux, irresponsable… et condamnable…

 

Source: lecourrierindependant

 

Share Button
18 avril 2016 / 1 Commentaire / pour / dans

Laisser un commentaire