L’individu qui a torturé et achevé son chien au couteau vient d’être condamné à un an de prison ferme

L’individu qui a torturé et achevé son chien au couteau vient d’être condamné à un an de prison ferme
Share Button

Le Tribunal correctionnel de Blois, dans la Loire, a condamné ce 22 octobre un jeune homme à un an de prison ferme pour actes de cruauté envers un animal.

 

Prénommé Thomas, il avait martyrisé son jeune American Staff pendant de longs mois et avait fini par l’achever cruellement avec un couteau.

Le jeune homme, dont le casier judiciaire était déjà chargé de condamnations pour violence, battait son chien régulièrement à coups de pied, de poings, de martinet, ou encore de barre de fer. Il l’aurait même recouvert d’eau de javel. « Tout ce qui tombe sous la main, du moment que ça peut faire mal », comme le rapporte La Nouvelle République qui a assisté à l’audience.

Les voisins, alertés par les cris récurrents de l’animal, ont tout fait pour que son calvaire cesse et ont signalé l’affaire à la SPA. En vain. Le jeune homme est alcoolique et les coups ont continué de pleuvoir. En juillet 2014, il s’arme d’un couteau et s’acharne une ultime fois sur son chien, provoquant sa mort. L’autopsie révélera sept coups de couteau dans le cou et le thorax.

Les images soulèvent le cœur. L’avocate de la SPA de Salbris, Me Sandrine Audeval, brandit les photos de l’animal retrouvé vidé de son sang dans le salon de son propriétaire. Toute la salle et les magistrats ont la gorge nouée.

Pour tenter de se justifier, l’accusé aurait indiqué qu’il devait  « éduquer [son chien] pour qu’il ne fasse pas ses besoins sur le canapé ». Une défense qui n’a pas convaincu l’assemblée.

Alexandra Pethieu, vice-procureure de la République, s’est ainsi indignée pendant l’audience :

 

La place de cet homme nuisible et malfaisant est en prison. Je demande une peine qui l’aide à se souvenir de ce qu’il a fait à son chien.

 

Le juge a donc requis un an de prison ferme contre le jeune homme et l’a condamné à verser 2000 euros de dommages et intérêts à la SPA qui s’était portée partie civile.

Aujourd’hui, en France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées.

Pour la signer, cliquez ici.

 

 

Partagez !

 

 

 

 

bandeau_pub_tr

Share Button
28 octobre 2016 / 2 Commentaires / pour / dans
  • Fernagut à dit dans son commentaire:

    Les voisins, alertés par les cris récurrents de l’animal, ont tout fait pour que son calvaire cesse et ont signalé l’affaire à la SPA. En vain
    Les images soulèvent le cœur. L’avocate de la SPA de Salbris, Me Sandrine Audeval, brandit les photos de l’animal retrouvé vidé de son sang dans le salon de son propriétaire. Toute la salle et les magistrats ont la gorge nouée.pourquoi la spa n’est pas intervenu quand les voisins ont signalé le martyr de ce pauvre chien ????.?.

  • Leger à dit dans son commentaire:

    Et la spa qui aété prevenue par les voisins ????? Ils sont nuls quand il faut sauver un animal !!! Que du dégout ….

Laisser un commentaire