Le premier bar à chat va ouvrir à Grenoble

Le premier bar à chat va ouvrir à Grenoble
Share Button

Connaissez-vous la ronronthérapie ? L’idée est simple : le ronronnement des chats pourraient nous aider, notamment, à apaiser notre stress. Deux Grenoblois lancent donc une campagne d’appel aux dons pour ouvrir un « bar à chats » à Grenoble (38) d’ici l’été. Miaou.

Cet été, à Grenoble, en Isère, vous pourrez peut-être boire un thé ou un café avec un félin ronronnant sur les genoux. C’est en tous cas ce qu’espèrent Laetitia Muglia et son fils, Benjamin. Ils viennent de lancer une campagne d’appel aux dons sur internet pour financer leur « Néko café » d’ici cet été. C’est-à-dire, un « bar à chat ».

« Néko » comme « chat » en japonnais. C’est de là-bas que vient ce phénomène, de plus en plus prisé au Japon, notamment dans les grandes villes comme Tokyo et Osaka. De petits appartements ou des réglementations compliquées rendent difficiles d’avoir un chat en appartement, alors pour se relaxer et bénéficier des bienfaits que nous procurent une caresse à ces matous, des « Café chat » ont ouvert par dizaines depuis quelques années au Japon.

La ronron quoi ?

La tendance s’exporte en France, comme à Nice, Lille ou Paris… et bientôt à Grenoble donc. Laetitia Muglia et son fils veulent ouvrir un café, mais surtout un lieu de bien-être, où retrouver la « ronronthérapie ». Késako ? Un principe selon lequel le ronronnement du chat apaiserait les humains… et donc les clients, qui viendraient dans ce bar presque traditionnel pour combattre le stress, ou tout simplement, se détendre au contact des félins.

Les bénéfices de la ronronthérapie ne font aucun doute pour Laetitia Muglia, « lorsqu’un chat vient sur vous, c’est une détente totale, votre rythme cardiaque diminue. Et on devient complètement zen« . Elle a eu l’idée de ce projet en 2013. Aidée par son fils Benjamin, elle vient de s’inscrire sur la plateforme de financement participatif Kisskissbankbank. Laetitia Muglia a, au minimum besoin, de 5.000 euros pour mener son projet à bien. À la fin de la semaine, elle avait déjà atteint son objectif.

Elle espère donc ouvrir cet été, dans un local de l’hyper-centre de Grenoble, où elle accueillera six chats : trois chats de race et trois chats adoptés à l’association « L’école des chats libres » de Grenoble.

 

Share Button
10 avril 2016 / 1 Commentaire / pour / dans ,
  • Gianelli Corinne à dit dans son commentaire:

    Tous mes voeux de réussite. Je suis totale fan des chats et j’ai déjà pensé à ce style d’activité
    mais j’habite une trop petite ville et je n’ai pas les moyens de démissionner de mon emploi
    actuel

Laisser un commentaire