La SPA de Besançon inquiète : « les gens abandonnent un chien comme s’ils étaient à la déchetterie »

La SPA de Besançon inquiète : « les gens abandonnent un chien comme s’ils étaient à la déchetterie »
Share Button

Des milliers de chiens et chats sont mis dehors dès l’arrivée du printemps. Comme chaque année la SPA lance un appel, mais en pleines vacances scolaires, la direction du refuge de Besançon est inquiète. Aux abandons s’ajoutent de nombreux cas de maltraitance.

« Un animal c’est pas fait pour subir des choses. » La petite Erin, de passage au refuge SPA de Besançon avec ses parents, n’hésite pas une seconde : un abandon, c’est de la maltraitance.

« Du jamais vu »

Comme chaque année, la Société protectrice des animaux lance un appel pour limiter le nombre d’abandons. En pleines vacances scolaires, la direction du refuge de Besançon est particulièrement inquiète : on vous le dévoilait ce mardi, ils accueillent, en plus des simples abandons,  des chiens maltraités retrouvés en piteux état chez un propriétaire d’Avilley dans le Doubs. Et le nombre de cas de maltraitance est en hausse, déplore Vincent Pfeiffer, le directeur du refuge.« Du jamais vu » selon lui.

« On ne peut pas prendre en charge toute la misère animale de Franche-Comté »

« Depuis quelques mois, on a énormément d’enquêtes de maltraitance, détaille-t-il. Des animaux très mal en point pour lesquels on a beaucoup de travail de socialisation et de soins vétérinaires par la suite… On ne peut pas prendre en charge toute la misère animale de Franche-Comté, on a des moyens limités et des places limitées. Actuellement on aune cinquantaine de chiens et une trentaine de chats, au maximum de notre capacité d’accueil. »

SPA de Besançon.1

 

En ce moment, on a de nouveau des chiens âgés, des gens qui n’hésitent pas à s’en débarrasser comme s’ils étaient à la déchetterie. »

« On sait que malheureusement arrivent les grands week-end de mai, qui sont chaque année une grande vague d’abandons. Ce qu’on a remarqué depuis peu, explique-t-il, c’est que les pics d’abandon ne se font pas seulement pendant les vacances d’été mais à chaque début de vacances. En ce moment, on a de nouveau des chiens âgés, des gens qui n’hésitent pas à s’en débarrasser comme s’ils étaient à la déchetterie : ces gens utilisent ce langage là. Ce qu’on leur fait remarquer quand même, parce que l’animal est censé ne pas être un objet. »

Interview de Vincent Pfeiffer, directeur de la SPA de Besançon

Source de nos confrères France Bleu

Share Button
13 avril 2016 / pour / dans

Laisser un commentaire