Je surprotège mon chat… C’est grave ?

Je surprotège mon chat… C’est grave ?
Share Button

Certains chats vivent sous la (très) haute protection de leur maître et peuvent mal le vivre…

Et si on faisait un effort ? Certains chats sont interdits de sortie. D’autres sont suivis pas à pas dès qu’ils mettent une patte dans le jardin ou sont suspectés de couver une maladie au moindre oeil qui coule, avec visite chez le vétérinaire à la clé. Un peu excessif, n’est-ce pas ?

« La plupart des propriétaires de chat surprotecteurs ont vécu une maladie ou un accident avec un animal précédent, remarque la vétérinaire comportementaliste Valérie Dramard. Ils ont peur que cela se renouvelle et sont très attentifs au moindre signe de mal-être de l’animal. Ils le surveillent démesurément, ce qui est légitime mais souvent contre-productif… »

Les chats ont des besoins qu’il s’agit de respecter. Ce sont des prédateurs qui sont naturellement dehors pour reconnaître leur territoire, sentir la végétation, guetter et chasser leurs futures proies. Être stimulés et se dépenser.




Le véto, source de stress

Après tous ces efforts, les chats ont aussi besoin de beaucoup de sommeil pour se reposer. Ils dorment au moins seize heures sur 24, parfois dans des recoins isolés de la maison où ils se sentent en sécurité. Pas la peine donc de chercher à les débusquer. Il est normal qu’ils disparaissent durant plusieurs heures. Ils reviendront d’eux-mêmes pour se nourrir, quand ils le souhaiteront.

Quant à la peur de la maladie, il faut se raisonner. Des visites répétées chez le vétérinaire, en plus d’être coûteuses pour le propriétaire, sont une source de stress supplémentaire pour le chat. Il n’aime pas vraiment être ballotté dans sa cage de transport, ni se retrouver en présence d’autres chiens et chats dans la salle d’attente. « S’il vous semble en mauvaise forme, notez les signes et l’heure à laquelle vous les observez sur un carnet. Si les symptômes sont légers, attendez 24 heures et faites un nouveau point. Ce support écrit vous permettra de comprendre qu’il n’y a pas tant de signes inquiétants que cela, ou qu’ils n’évoluent pas, la plupart du temps… S’ils s’aggravent, vos notes apporteront des éléments concrets au vétérinaire que vous irez alors consulter. »

Si ses besoins ne sont pas respectés, cela peut induire du mal-être. Il peut devenir agressif, voir changer de territoire pour trouver un nouveau foyer où il se sentira plus à l’aise. Cela vaut la peine que le maître essaye de se raisonner…

Share Button
18 janvier 2017 / pour / dans

Laisser un commentaire