HAUTE SAVOIE : Jour de Chance pour un chat jeté sur la route

HAUTE SAVOIE : Jour de Chance pour un chat jeté sur la route
Share Button

Miraculé après un jet contre un muret sur la voie rapide ! Le bien nommé Chance doit sa survie à un couple de passionnés, d’amoureux des animaux.

 

Ainsi qu’à une extraordinaire chaîne de solidarité et à la belle humanité d’un vétérinaire et d’une association.

Tout commence dans la soirée du 28 août dernier. Stéphanie, Matt et leurs enfants reviennent d’une foire à Thonon, direction le pays d’Alby. Quand à hauteur d’Annemasse, Stéphanie, qui, hantée par la phobie d’écraser un animal, scrute la route et aperçoit alors « un truc blanc de forme non identifiée qui bougeait sur le bas-côté ». Aussitôt, elle demande à Matt de faire demi-tour pour voir de plus près. Là, elle découvre un chat ensanglanté qui « semble m’implorer de ses billes rondes ». Il n’en faut pas plus à Stéphanie pour le prendre dans ses bras tout au long de la route. De retour à la maison, elle arrive à joindre le vétérinaire d’Albens, qui lui fixe aussitôt un rendez-vous pour le lendemain. Puis elle poste un message sur Facebook. Rien en retour du côté des propriétaires du chat, par contre le contact d’une association “Les compagnons de Freya”, qui propose de prendre en charge les frais vétérinaires. « De vrais anges gardiens qui regardent d’abord l’intérêt de l’animal avant leur porte-monnaie » souffle Stéphanie, très touchée.

Les chances de survie du chat étaient minces, en effet. « Le vétérinaire m’avait dit de ne pas m’accrocher, mais dès la première minute où je l’ai vu, c’était trop tard. »

Opération chirurgicale

« Il ne miaulait pas. C’est son courage qui a encouragé le vétérinaire à tenter le tout pour le tout. » Et il n’était pas au bout de ses peines. Il terminait l’opération du premier col du fémur, après l’amputation de la patte, quand le second col présentait aussi de grosses faiblesses. « Il va le faire gracieusement » insiste Stéphanie. C’est un chat convalescent mais en vie qu’elle ramène à la maison le 2 septembre. Elle investit dans un lit parapluie pour qu’il se remette doucement sans subir les assauts affectueux des cinq chiens de la maison, dont deux sauvés de la rue et de l’euthanasie.

« Les animaux ne sont pas des jouets » répète sévèrement Stéphanie. Ils n’ont pas tous eu sa Chance.

 

chance-beneficie

 

Partagez !

 




Share Button
6 septembre 2016 / 3 Commentaires / pour / dans

Laisser un commentaire