Douai : Crottes de chiens, le port d’un sachet plastique pourrait devenir obligatoire

Douai : Crottes de chiens, le port d’un sachet plastique pourrait devenir obligatoire
Share Button

Parmi les sujets qui fâchent abordés lors des réunions des conseils de quartiers organisées ces dernières semaines, le problème des déjections canines qui constellent les trottoirs est revenu en boucle. Pour tenter d’y remédier, le maire de Douai pourrait sortir un arrêté de sa poche, obligeant tous les propriétaires de chiens à avoir un sachet plastique dans les leurs.

 

Comme la précédente, la municipalité actuelle a eu beau tenter de lutter contre ce fléau qui vous ruine un rendez-vous professionnel ou galant en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, force est de constater que pas mal de trottoirs continuent de ressembler à de vrais champs de « mines ». Difficile de trouver la parade admet le maire Frédéric Chéreau : « Nos policiers municipaux ont la possibilité de mettre des amendes aux propriétaires qui ne ramassent pas les déjections de leurs chiens, mais ils rechignent à le faire. Le problème, c’est qu’ils doivent les prendre en flagrant délit. Pas simple… »

D’autant que d’après l’élu, les chiens en balade soulageraient leurs intestins endoloris sur le pavé « tôt le matin ou très tard le soir… Vers 6 heures et 23 heures. C’est donc très difficile de prendre les contrevenants sur le fait ».

Il n’empêche. Estimant par principe que « ce n’est pas à la collectivité de payer pour les incivilités de quelques-uns », le premier magistrat reconnaît qu’une réflexion est menée en ce moment en vue de rendre obligatoire le port d’un sachet plastique par tous les propriétaires de chiens, une fois leur pas-de-porte franchi. Les maîtres qui ne seraient pas en mesure de le sortir de leur poche pour le présenter aux agents municipaux s’exposant dès lors à une amende d’au moins 11 €. Que leur compagnon à quatre pattes ait fait ses besoins ou pas, au moment où la demande de l’agent est faite.

« Les maîtres ne seront pas systématiquement verbalisés si l’agent municipal estime qu’ils sont de bonne foi, nuance toutefois Frédéric Chéreau, mais il est clair qu’aujourd’hui, de nouvelles dispositions s’imposent pour lutter contre ce phénomène. Le problème, c’est finalement moins les chiens que le comportement des maîtres. Je n’exclus donc pas de prendre un arrêté municipal pour rendre cette disposition obligatoire. »

Les pochoirs vont bientôt refleurir

« Trottoir pas crottoir ». Le message de prévention véhiculé par des pochoirs avait fait son apparition en ville en avril dernier, au lendemain de la Journée verte. Une nouvelle campagne « d’affichage » est programmée.

pochoir

 

C’est ce que confirme Franceso Mazza, responsable du service propreté urbaine de la ville. «Malgré les quolibets, on avait constaté du mieux l’an dernier grâce aux pochoirs. Les maîtres faisaient crotter leurs chiens dans le caniveau plus que sur le trottoir. C’était déjà ça… » Résultat des courses, l’expérience va être renouvelée ces prochaines semaines « rue Giroud, rue Hyacinthe-Corne, rue des Wetz. Sur les bords de Scarpe aussi, où le moment de détente vire souvent au slalom géant… »

Trottoirs et espaces verts, « même combat »

Puisqu’il sera difficile d’avoir recours à la peinture éphémère sur les pelouses, F. Mazza exhorte les propriétaires de chiens à ne pas déplacer le problème du bitume vers les espaces verts. Une triste réalité à laquelle sont confrontés selon lui les agents de la propreté.

« Les gens pensent qu’il vaut mieux faire crotter leur chien dans une pelouse municipale que sur le trottoir, mais c’est le même combat ! Je vous passe les mésaventures des employés qui tondent les pelouses… Comme c’est le cas notamment terrasse Saint-Pierre. Nos agents de propreté sont nombreux à me dire qu’il serait temps d’accentuer la répression. Il est urgent que les amendes tombent. La répression, on y est favorable, mais elle a ses limites. »

 

 

Vous êtes pour ou contre ??? Donnez votre avis en bas de l’article.

 

 

 

Share Button
13 mai 2016 / 4 Commentaires / pour / dans

Laisser un commentaire