Deux enfants et des animaux maltraités découverts dans un appartement insalubre

Deux enfants et des animaux maltraités découverts dans un appartement insalubre
Share Button

Dans un logement situé près du centre-ville de Lamballe, dans les Côtes d’Armor, les gendarmes ont trouvé 19 chats, 6 chiens, 8 chiots et 2 rats. Les animaux étaient maltraités et cohabitaient avec un enfant d’un an et un autre de cinq ans.

Les gendarmes pensaient découvrir huit chiens et autant de chats maltraités chez un couple. Ils se sont retrouvés nez à nez avec une quarantaine d’animaux et deux enfants en bas âge dans un logement insalubre à Lamballe, dans les Côtes d’Armor.

Animaux sous alimentés

Dimanche dernier, une association de défense des animaux a porté plainte pour des faits de maltraitance sur des animaux, confirme une source judiciaire à L’Express. Selon l’Ecole des chats libres du Penthièvre, un couple habiterait avec huit chats et huit chiens. Ces animaux ne seraient que très peu nourris, ne bénéficieraient d’aucun soins vétérinaires et vivraient dans leurs propres excréments, raconte le quotidien régional.

Les gendarmes se rendent dans l’appartement deux jours plus tard et découvrent 19 chats, 6 chiens, 8 chiots et 2 rats « entassés dans un appartement insalubre », écrit la gendarmerie des Côtes d’Armor sur son compte Facebook. Au total, 41 animaux ont été retrouvés, affirme Ouest France. Au milieu, se trouvent deux enfants d’un et cinq ans, « vivant dans des conditions d’hygiène inadaptées ».




Situation de détresse sociale et sanitaire

La SPA de Rennes a pris en charge les animaux. « La plupart sont en souffrance et sont maltraités », indique Matthieu Glavieux de la gendarmerie de Saint-Brieuc à Ouest France. « Les enfants sont en situation de détresse sociale et sanitaire », ajoute-t-il. Une assistante sociale les a pris en charge et un juge des enfants a été saisi.

Les parents et le propriétaire des animaux, tous âgés de moins de 30 ans, comparaîtront devant le tribunal de Saint-Brieuc dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, rapporte Ouest France. Deux enquêtes ont été ouvertes, confirme notre source judiciaire: la première pour mauvais traitements sur animaux, la seconde pour privation de soins d’alimentation envers des mineurs de moins de 15 ans.

 

Share Button
17 février 2017 / pour / dans

Laisser un commentaire