Brive : la SPA sauve une quinzaine de chiens maltraités

Brive : la SPA sauve une quinzaine de chiens maltraités
Share Button

La Fondation 30 millions d’amis a payé les frais de vétérinaire.

 

Des bénévoles de la SPA de Brive, escortés de trois gendarmes, ont saisi mardi une quinzaine de chiens en état de maltraitance, chez des particuliers à Sioniac.
Des chiens maigres, infectés de tiques et de puces, en liberté ou enfermés dans des clapiers à lapin et voitures abandonnées. C’est le triste constat qu’ont fait les inspecteurs de la SPA de Brive chez des retraités à Sioniac il y a trois semaines. « On nous avait signalés, par mail, des chiens qui vadrouillaient un peu partout et aboyaient dans cette propriété », explique Lilian Lavigne, un des inspecteurs de la SPA chargé, comme à chaque signalement concernant un animal maltraité ou errant, de vérifier sur le terrain.

 

« Nous y avons vu, dehors, huit bâtards, type croisé berger. Après une heure de pourparlers avec la propriétaire, nous avons pu rentrer et avons eu accès à l’horreur : des chiens en condition de détention, dans des taudis ».

Animaux « maltraités et en souffrance »

La SPA, via son avocat, a alors porté plainte auprès du parquet de Brive qui a décidé la saisie de ces animaux « maltraités et en souffrance ». Un cas où les particuliers se sont laissés déborder, laissant les chiens se reproduire entre eux : « La propriétaire nous a certifiés qu’elle les nourrissait et qu’elle les faisait sortir à tour de rôle mais on n’y croit pas. Nous n’avons jamais vu ça », s’indignent deux autres inspectrices, Nadine Laurent et Colette Lagrenaudie, qui, mardi, faisaient partie des quatre représentants de la SPA chargés d’aller chercher les chiens.

Dans un climat tendu, accompagnés par trois gendarmes de la brigade de Beaulieu-sur-Dordogne et du maire de la commune, ils ont pu en récupérer une quinzaine, des chiots et jeunes chiens de 2 à 4 ans et deux chats : « Deux d’entre eux ne tenaient pas debout?! Il en reste encore une dizaine en piteux état, il faut qu’on y retourne », ajoutent les bénévoles qui vont déjà s’occuper de ceux qui ont été ramenés au refuge de la Perbousie : « Ils vont être identifiés, vaccinés, stérilisés et il va falloir les sociabiliser pour envisager les adoptions, après la décision du tribunal ».

 

Partagez l’article !

Share Button
19 mai 2016 / 2 Commentaires / pour / dans

Laisser un commentaire