Bretagne. Hennebont. Les deux chiens de catégorie 2 dangereux abattus sur ordre d’un élu

Bretagne. Hennebont. Les deux chiens de catégorie 2 dangereux abattus sur ordre d’un élu
Share Button

Samedi soir, deux chiens en divagation ont été abattus par la police à Hennebont. Très agressifs, ils s’étaient échappés de leur propriété.

 

Alerté par des riverains, c’est l’élu de permanence, Stéphane Lohézic, qui est intervenu rue du Meunier, dans le quartier de Saint-Piaux, vers 23 h. Les deux chiens étaient (une fois de plus) sortis de leur jardin pour s’attaquer au chien du voisin. Arrivé sur place, l’adjoint aux finances de la ville d’Hennebont a dû s’enfermer dans le camion des pompiers appelés aussi à la rescousse, tandis que l’agent de la fourrière se réfugiait dans une maison à proximité. « Je croyais avoir été appelé pour un conflit de voisinage mais j’ai réalisé qu’il s’agissait en fait d’un problème de danger public en présence de deux molosses très agressifs ». Des chiens de catégorie 2. L’élu a aussitôt prévenu la police et demandé l’abattage des chiens. « Même les policiers ont été obligés de mettre les bêtes en joue pour se protéger. C’était très impressionnant ».

« Un vrai danger public »

Le premier molosse a été abattu assez rapidement, l’autre, qui s’était mis en position d’attaque, a été tué dans la foulée. « La décision a été très claire. Il le fallait pour garantir la sécurité des riverains. Imaginez si cela s’était produit le soir d’Halloween, avec les gamins qui se baladent dans le quartier… Ces chiens pouvaient sortir de leur propriété comme ils le souhaitaient et représentaient un vrai danger public. On n’a pas vu le propriétaire. C’est sans doute rare qu’un élu prenne ce genre de décision mais je l’assume. Aujourd’hui, les riverains sont soulagés et la situation est apaisée ».

Le propriétaire poursuivi ?

La mise en danger d’autrui a été constatée par tous les gens présents ce soir-là : l’élu de permanence, les propriétaires du chien blessé, voisins, policiers, pompiers et l’agent de la fourrière. Des poursuites vont probablement être engagées à l’encontre du propriétaire des chiens, absent au moment des faits. Avec certainement dépôt de plaintes. La neutralisation des animaux a quand même mobilisé une douzaine de personnes. Le problème, qui dure depuis au moins quatre ans, avait déjà été signalé par des riverains aux services de la ville. Un signalement avait aussi été fait auprès du procureur de la République de Lorient.
Katell Brélivet

 

Partagez !

 

 

 

 

L’application qu’il faut absolument dans son téléphone

bandeau_pub_tr

Share Button
31 octobre 2016 / 1 Commentaire / pour / dans

Laisser un commentaire