BESANÇON : huit cadavres de chats retrouvés dans un appartement !

BESANÇON : huit cadavres de chats retrouvés dans un appartement !
Share Button

Il y a environ trois semaines, Marc Vernier, le propriétaire de plusieurs logements situés dans un bâtiment de la rue Bersot à Besançon, reçoit une alerte de deux de ses locataires. Ces derniers sont épouvantés par l’invasion de blattes et de cafards dans leurs appartements respectifs. D’après leur cheminement, les insectes, pour la personne qui loge au 1er étage, proviennent du plafond, et du sol, pour celle du 3e étage.

 

besançon.1

besançon.2

besançon

@ Source L’est Républicain

Marc Vernier, également agent immobilier, n’a aucun doute. La source du problème se trouve au 2e étage, dans le F2 de 45 m² d’une dame de 47 ans, célibataire et sans enfants, qu’il cherche à expulser (la procédure devait être validée par le tribunal ce mois-ci – N.D.L.R.) depuis plusieurs mois pour cause d’impayés qui s’élèvent à près de 4.500 €. Il sait que cette locataire, qu’il a en résidence depuis dix ans, n’habite plus les lieux depuis octobre dernier.

Scène macabre, odeurs pestilentielles

Il prend immédiatement les choses en main et contacte un huissier pour lancer une procédure en référé pour urgence sanitaire. Il cherche aussi la locataire et apprend qu’elle a été relogée ailleurs par le centre médico-social en début d’année, après avoir « erré » chez des connaissances. Fin de semaine dernière, avec l’aide d’un serrurier, il peut enfin faire débloquer l’entrée. « Une forte odeur nauséabonde envahissait déjà l’escalier qui mène au 2e étage », se souvient-il.

« Il a fallu que nous poussions très fort la porte pour pouvoir pénétrer dans l’appartement, plongé dans le noir. Les effluves qui montaient jusqu’à nos narines étaient insupportables. J’y suis allé avec l’huissier. La base des murs et les sols, carrelés ou parquetés, étaient recouverts de crasse et d’excréments. Des ordures ménagères (sacs-poubelles éventrés, sacs vides de nourriture pour chats, entre autres) étaient dispersées partout, jusque sur les meubles où des aliments se décomposaient dans leurs poêles ou leurs casseroles. C’est alors que nous avons découvert les cadavres des huit chats, dont un enfermé dans un placard, qui appartenaient à ma locataire, recouverts de blattes et de cafards. »

Plaintes pour impayés, destruction, abandon et cruauté

Des animaux, il ne reste plus que les squelettes et la fourrure. En janvier, ils devaient être encore en vie, puisque les voisins les entendaient miauler et s’en étaient plaints à la quadragénaire. « Elle nous avait rassurés en prétendant qu’elle allait les placer chez des amis », ont-ils confié à Marc Vernier vendredi dernier. Quoi qu’il en soit, affamés et assoiffés, privés de possibilités de s’échapper, ils ont sans doute fini par s’entre-dévorer, selon la SPA, alertée par le propriétaire, qui lui a remis un dossier et les photos prises sur place. Marc Vernier, écœuré, est reparti. Lundi, il a contacté le service hygiène de la mairie, qui lui a indiqué la marche à suivre ce jeudi. Ce vendredi, un utilitaire à plateau a été placé rue Bersot pour jeter tout ce qui se trouve dans l’appartement. « Une entreprise de nettoyage a accepté cette tâche très ingrate », précise l’agent immobilier.

Après, il faudra agir très vite. « Nous devrons laver et aérer, puis répandre un produit insecticide qu’il faudra laisser pauser pendant deux mois. Ensuite, l’appartement sera entièrement refait. La facture s’élèvera sans doute à plus de 20.000 €. Je porte évidemment plainte à l’encontre de cette locataire, mais j’ai peu d’espoir d’obtenir réparations. Elle est insolvable. »

La présidente de la SPA de Besançon, Françoise Dodane, va porter plainte, aussi, pour abandon et acte de cruauté envers des animaux domestiques.

 

Partagez l’article !

 




Share Button
4 juin 2016 / 1 Commentaire / pour / dans
  • LEBESCOND à dit dans son commentaire:

    Mais quelle horreur, quelle tristesse pour ces pauvres chats, poussés à s’entredevorer ! J’espère que la propriétaire sera jugée et condamnée en conséquence de ses actes ! Et les services sociaux lui redonnent un appartement ??? Mais j’hallucine ! C’est une honte, il n’y a pas de mots !

Laisser un commentaire