Après le sauvetage de 37 chiens dans une maison de 50², le témoignage d’un voisin !

Après le sauvetage de 37 chiens dans une maison de 50², le témoignage d’un voisin !
Share Button

Trente-sept chiens entre autres animaux dans une maison de 50 m2 «  à tout casser  », place d’Hédouville, cet habitant d’Albert peine à y croire.

 

Comme d’autres, c’est dans la presse qu’il a découvert que l’un de ses voisins, « un voisin pas direct  » possédait 37 chiens, 5 furets, 12 oiseaux et 2 cochons d’inde. Et que l’arche de Noé a été secourue par la Fondation 30 Millions d’amis en présence des gendarmes, jeudi 1er  septembre.

« Pour des gens sous tutelle, c’est malin »

Il savait que la maisonnée avait des bêtes mais n’imaginait pas une seule seconde qu’il y en avait autant. Ni leurs conditions de vie. Il entendait bien de temps à autre quelques aboiements, «  quand quelqu’un frappait à la porte  », mais c’est tout.

Jamais il n’a vu l’un des trois occupants de la maison promener ne serait-ce qu’un chien. Alors, 37… L’homme ajoute qu’il n’a «  jamais vu des centaines de kilos de croquettes arriver  » non plus. Il précise qu’il travaille donc imagine que l’approvisionnement se faisait sans doute la journée. Et ajoute que les occupants de la maison n’ont pas de voiture, donc que s’ils faisaient du trafic de chiens, des gens devaient venir chercher les bêtes. Lui n’a jamais remarqué d’allées et venues fréquentes. «  S’ils faisaient du trafic organisé, ils étaient bien organisés. Pour des gens sous tutelle, c’est malin. »

Et des odeurs ? Trente-sept, ça fait des odeurs, non ? Les narines du voisin indirect n’ont jamais été interpellées. «  En même temps, je n’allais pas chez ces gens-là.  »

L’homme n’en revient pas. Il se demande encore «  où ils étaient stockés  » tous ces animaux, «  c’est horrible  ». De l’extérieur, rien ne laissait présager le calvaire des animaux. La maison n’est pas neuve mais ce n’est pas non plus un taudis, «  il y a pire, il y a pire ». « Ces gens sortaient tous les jours, on les voit dans les rues, mais jamais promener un chien. En tout cas, ils ne promenaient pas les 37 chiens, ça, c’est clair et net  ».

Choqué, l’homme ne conçoit pas que quelqu’un puisse maltraiter de la sorte des animaux. « Avoir plusieurs animaux, trois, quatre, dix chiens ou chats, pourquoi pas, mais les maltraiter non. » Il s’interroge : «  Que fait la tutelle ? Que font les services sociaux ?  » Selon lui, l’une des trois personnes a déjà fait de la prison.

 

Partagez !

 




Share Button
5 septembre 2016 / pour / dans

Laisser un commentaire