Abbeville : Gribouille a été tué sauvagement par un inconnu !

Abbeville : Gribouille a été tué sauvagement par un inconnu !
Share Button

Hélène, Laurent et leur famille pleurent leur chat « assassiné ». Plusieurs chats ont déjà disparu dans le quartier. Ils veulent que le coupable soit puni et que cela s’arrête.

 

Hélène et Laurent ne décolèrent pas. Leur chagrin est à la hauteur du sort qui a été réservé au chat Gribouille, que la famille avait adopté petit il y a plus de trois ans. « Il est parti de la maison le samedi 8 octobre, pour faire un tour, comme d’habitude », se souviennent ses propriétaires. Mais il ne rentrera jamais vivant.

Le couple réside avec ses enfants rue Balzac, dans un quartier résidentiel calme de Feuquières-en-Vimeu. Jolies maisons, jardins soignés, les champs et la campagne sont à deux pas. « Gribouille rentre habituellement vers 17 heures pour manger. Voyant qu’il ne revenait pas, on a pensé qu’il était parti faire un tour. » La petite famille décide de se lancer à sa recherche dès le dimanche après-midi, parcourant les rues alentours. « On a cherché partout. Sans succès », racontent Hélène et Laurent. Le message indiquant la disparition de Gribouille sur le web ne donne rien.

C’est en fin de semaine dernière que le couple va recevoir la visite d’une voisine, ayant appris la disparition. « Elle nous a dit qu’elle avait trouvé un chat mort devant la barrière de sa maison le dimanche 9 octobre. » Photos à l’appui, Laurent parvient à identifier Gribouille. Parvient, seulement, car les photos de la dépouille de l’animal, publiés sur les réseaux sociaux, donnent la nausée. « Cela m’a fait vomir lorsque je l’ai aperçu en allant promener mon chien. J’en ai pleuré ! », confirme Valérie Riquier, qui a fait la découverte.

Le cadavre du félin ne laisse aucun doute sur le sort qui lui a été réservé : il a été sauvagement tué. « On aurait déjà eu beaucoup de peine si on l’avait retrouvé écrasé par une voiture. Mais là, ça fait froid dans le dos. Pour assassiner un animal comme ça, il faut être un pervers, un barbare », dénoncent Hélène et Laurent. Dans ces conditions, la famille a du mal à faire le deuil de Gribouille, « un chat très gentil, qui venait dormir avec notre fils la nuit. » Plusieurs chats sont morts ou ont disparu dans le quartier depuis plusieurs années (lire ci-contre). Le couple a donc décidé de se battre « pour que ça bouge et que ça s’arrête. On ne peut pas laisser quelqu’un faire ça ! » Il a déposé une plainte à la gendarmerie. La Société protectrice des animaux (SPA) et l’Office national de la chasse (ONC) ont été alertés. Le message publié sur Facebook a déjà été relayé plusieurs centaines de fois. « On ira jusqu’au bout. Celui qui a fait ça doit aller en prison. ».

D’autres chats sont morts ou ont disparu dans le quartier

L’exemple de Gribouille ne semble pas être un cas isolé dans ce quartier de Feuquières-en-Vimeu. Valérie Riquier, qui a découvert le cadavre du chat d’Hélène et Laurent, a elle-même déjà perdu deux félins. « Il y en a qui n’est jamais revenu d’une balade, je ne sais pas où il est. Je pense qu’il a dû être pris dans un piège, soupire-t-elle. Et il y en a un autre qui est venu mourir près de ma voiture après avoir été empoisonné. » Une personne âgée qui vit à proximité raconte que son chat a également été empoisonné il y a plusieurs années.

Face à cette vague de disparition et de mort, certains habitants prennent leur précaution.« J’ai aujourd’hui quatre chats, dont un qui ressemble beaucoup à Gribouille. Je prends ce qui s’est passé comme un avertissement. Ils ne sortent que quand je suis là pour les surveiller », témoigne Valérie Riquier. « On a eu tellement de peine lorsque notre chatte est morte que l’on a décidé de ne pas reprendre d’autre animal. Mais vous savez, ça va continuer », prédit cette dame âgée.

 

 

Partagez !

 

 

 

bandeau_pub_tr

Share Button
2 novembre 2016 / pour / dans

Laisser un commentaire