Charleville-Mézières : L’élue sauve un chien «étouffé» par son maître

Charleville-Mézières : L’élue sauve un chien «étouffé» par son maître
Share Button

Le petit Jack Russel était asphyxié par une muselière remplie de chiffons. L’élue FN annonce qu’elle va porter plainte ce mardi.

Au cœur d’un week-end d’élection, l’élue carolomacérienne Françoise Renerte, du groupe FN, a eu fort affaire. Mais plus dans le registre animal que politique. Elle dit avoir « sauvé » un petit chien qui, sans elle, « serait mort en quelques heures ».

« Il ne pouvait plus respirer »

L’histoire commence le 27 mars, avec le signalement fait à la SPA par un Macérien. Celui-ci, qui tient à garder l’anonymat, a constaté, dans un jardinet du boulevard de Châtillon (près du parc des expositions), « un chien extrêmement maigre, avec une plaie à la tête, et ne pouvant boire à cause d’une laisse trop courte ». Sous sa casquette d’enquêtrice SPA, Françoise Renerte effectue plusieurs visites sur place, découvre le chien, mais son propriétaire n’est jamais chez lui. Le jeudi 4 mai, elle le trouve enfin, mais cette fois c’est le chien qui a disparu. « Il venait de le donner, après une annonce sur le Bon coin, à une personne résidant rue du Faubourg-de-Pierre. »

Françoise Renerte s’y rend le vendredi. « Il n’y avait personne, mais la porte de l’immeuble était ouverte, donc je suis rentrée. J’ai été attirée par un gémissement. Dans un recoin, j’ai découvert le petit Jack Russel attaché avec trente centimètres de corde. » Mais c’est surtout l’étrange muselière qui attire son attention. « Il avait le museau complètement ficelé, avec une muselière rigide, qui était remplie de tissu et de chiffons à l’intérieur. » Si tous ces bandages étaient peut-être destinés à étouffer les aboiements du jeune chien, « cela l’étouffait aussi complètement. Il ne pouvait plus respirer, et il serait mort en quelques heures si je n’étais pas passée par là. »Françoise Renerte décide alors de s’en saisir et de l’emporter au refuge de Cliron, « où il a bu comme un fou ».

Son ex-propriétaire « épouvantée »

Un vétérinaire l’a ausculté depuis. Il aurait confirmé sa maigreur inhabituelle et sa blessure à la tête. Le Jack Russel, âgé d’un an, est par ailleurs pucé, ce qui a permis de remonter jusqu’à sa propriétaire officielle, résidant à Reims. « J’ai eu cette dame au téléphone, elle était épouvantée ! »

Nous n’avons pas réussi à entrer en contact avec l’habitant du Faubourg-de-Pierre qui avait muselé le chien de la sorte. L’affaire rappelle en tous les cas que les Jack Russel n’ont pas toujours la belle vie dans les Ardennes. On se souvient, entre autres, du chien Ethan, enterré vivant à la Warenne en 2012, et sauvé in extremis par un promeneur. De son côté, l’élue carolo annonce qu’elle portera plainte, ce mardi, au commissariat de police. Un choix que l’homme à l’origine du signalement, dit « comprendre ».



Share Button
9 mai 2017 / 2 Commentaires / pour / dans

Laisser un commentaire